Présence religieuse intercommunautaire

Historique

 

 

 

 

 

Imprimer le livret

 

 

 

 

 


Le Centre PRI est la réponse intercommunautaire à un besoin vocationnel diocésain exprimé par l’Archevêché de Montréal, en juin 1980, dans le livre vert intitulé «Orientations et Propositions d’ensemble pour la Pastorale des Vocations Consacrées». Réponse qui s’est exprimée à travers le cheminement et les réflexions de Sœur Suzanne Laflèche.

Au début des années 80, S. Laflèche, religieuse du Bon Pasteur, vient d’être nommée responsable de formation et d’éveil vocationnel à Montréal. Elle constate qu’au sein du diocèse les religieux et religieuses des différentes congrégations se connaissent mal et sont probablement aussi méconnus de la majorité des jeunes de la ville. Elle reconnaît alors l'urgence de créer un lieu où les jeunes pourraient y rencontrer des prêtres, des religieux et des religieuses engagés, dans le but de les connaître et de se renseigner sur ce qu'ils font. L’objectif alors proposé aux communautés religieuses est: «Unissons-nous pour témoigner de Jésus-Christ et interpeller les jeunes».

L’organisme est officiellement reconnu en juin 1982 et s’installe, le 1er octobre, au 827 Sherbrooke Est, à proximité des universités. L'ouverture a lieu le 16 mai 1983.

PRI se définit comme un centre de réflexion sur la vie religieuse, un lieu d’écoute des attentes et besoins des jeunes, et bien sûr, un point de rencontre entre les religieux, les religieuses et les jeunes.

Ses objectifs:

  • Promouvoir la vie religieuse et les vocations;
  • Fournir des informations sur la vie religieuse et faire de l’animation religieuse;
  • Fournir des ressources en vue d’assurer le fonctionnement du centre.

 

Le slogan: «Entre pour voir, repars plein d’espoir».

 

 


 

La naissance de nombreuses activités

Par petites équipes, on se rencontre autour de la Parole de Dieu, on se sensibilise à certaines questions telles que l’appauvrissement au Québec, on prépare les grandes Fêtes religieuses, on organise un concert pour diverses causes, on accueille des groupes en cheminement, on prépare et assure le suivi de la visite du Pape en 1984, on propose des activités vocationnelles à des jeunes du primaire, etc.

Au fur et à mesure, les activités deviennent de plus en plus qualitatives et quantitatives. Le nombre des présences augmente de telle sorte qu'en 1986, on songera à déménager, l'espace étant devenu trop restreint.


La nouvelle appellation

Durant l'année 1984-1985, à la suggestion des jeunes, le Centre PRI change de nom et devient le Centre Vocationnel. Le conseil d'administration de l'époque accepte la nouvelle appellation, mais sans changer officiellement le nom.

Le Centre, attentif à la vie religieuse et aux défis du monde actuel, reste un lieu d'échanges, de partage et de discernement, un lieu d'information sur la vie religieuse, mais aussi un lieu d'animation intercommunautaire. La naissance de nombreuses acti

 

Après une période transitoire, en juin 1987, l’organisme déménage au 7400 Saint-Laurent dans des locaux plus vastes, à proximité du métro De Castelnau.

Les objectifs visés au moment de la fondation demeurent les mêmes, mais des moyens nouveaux sont mis de l'avant.

L'action s'oriente dans trois directions:

  • une intensification des actions à destination des jeunes, y compris dans leur milieu scolaire;
  • la réalisation d’une étude de leurs besoins à partir des différents groupes d’âge;
  • la collaboration avec les organismes de formation tels l'internoviciat, l'interprénoviciat et l'Office des religieux.

 



 À partir de 1991 le logo du Centre vocationnel devient le voilier. Le siège social est le bateau, la directrice le capitaine, les animatrices et animateurs forment l’équipage et les jeunes entreprennent des croisières dans les différentes communautés, devenant les ports dans lesquels les jeunes jettent l’ancre l’espace d’une escale.

On propose des soirées thématiques, des exercices dans la vie courante (EVC), des soirées Vidéo-Divina. On met en place des cours du type Examen spirituel du conscient. La nouveauté de cette époque concerne les «Gospel Night» animées par une équipe de jeunes adultes soutenue par le groupe «Arc-en-Ciel» (un groupe de musiciens et musiciennes, interculturel, créateur et spirituel). Ces nuits de prières permettent notamment de vivre la Catéchèse, de mieux connaître les besoins des jeunes et donc mieux préparer l’année qui suit.


1996 marque un nouvel envol pour le Centre qui distingue ses activités en activités de présence, d’interpellation et d’accompagnement.


De vingt congrégations lors de la création du Centre vocationnel, on passe à cinquante en 1996-1997, année de son 15ème anniversaire.

Soucieux d’offrir aux jeunes des services qu’ils ne peuvent obtenir ailleurs, le personnel en place s’adjoint de jeunes adultes. Dans un esprit de solidarité et de coresponsabilité, ils assurent des tâches d’accueil, de secrétariat, d’animation d’activités, etc. Des ententes de services sont conclues entre l’Association Canadienne des Religieuses Conseillères en Vocations (A.C.R.C.V.) et l’Association Diocésaine des Directeurs en Pastorale Vocationnelle (A.D.D.P.V.). De nouvelles portes semblent s’ouvrir…

L’engagement des jeunes en coresponsabilité avec les religieux résonne dans l’air du temps. En effet, le congrès de l’A.C.R.C.V., qui se tient à Québec, en septembre 1997, tire lui aussi la conclusion selon laquelle il faut: «Entre laïcs et religieux, susciter des évènements significatifs de collaboration».

Cette décennie verra l’émergence de deux temps particulièrement forts:

Le temps de la communication

Il est inauguré avec la publication du 1er numéro du Journal "Les Aventuriers du sens caché" le 5 novembre 1997, l’inauguration du site Internet par Louise Stafford, f.s.p. en 1998, et la parution du bottin "Communautés à la page" qui présente les communautés religieuses avec leurs missions, projets et contacts. Le Centre cherche ainsi à se faire connaitre et à rejoindre un public plus large de jeunes.

Le temps de la fécondité

Le Troisième Congrès Continental des Vocations se tient à Montréal du 18 au 21 avril 2002. Il va réunir plus de 1100 délégués représentant l’Église en Amérique du Nord et bénéficie de la collaboration entre la Conférence des évêques catholiques du Canada et des États-Unis.

 

Le message délivré est la nécessité de susciter une culture de la vocation tournée vers la communauté chrétienne, en Amérique du Nord. Les cinq priorités du Plan pastoral de ce 3ème Congrès sont : Prier, Évangéliser, Expérimenter, Accompagner, Inviter.

À sa suite sera publié un livre vert intitulé «Conversion Discernement Mission» dont l’intérêt, encore aujourd’hui, s’avère fondamental dans la mission du Centre puisqu’il inspirera la nouvelle dynamique de 2007.


Voir les les grandes lignes et conclusions de ce congrès.


 

En 2007 le Centre se repositionne vers les communautés et s’affirme comme fournisseur de services.

À l’automne 2007, lors de l’Assemblée générale, les membres demandent un changement de cap. Ils souhaitent que le Centre prenne véritablement le tournant de l’ère informatique et assure sa présence grâce aux nouvelles technologies.

L’accent est mis sur la création et le développement d’un nouveau site Internet au service des différentes communautés religieuses et associations. Celui-ci est mis en ligne fin 2008. Ce site est appelé à devenir un lieu de diffusion d’outils et de témoignages servant à alimenter et cultiver l’appel.

Le « Centre Vocationnel » reprend le nom original de « Centre PRI » pour Présence Religieuse Intercommunautaire. Dans cet esprit, l’énoncé de mission est revisité en 2009.


«Le Centre PRI croit à la présence religieuse intercommunautaire au service de la culture de l’appel et s’engage à:

  • Développer en Église un climat favorable à la culture de l’appel;
  • Sensibiliser à la responsabilité personnelle et communautaire d’interpeller à la suite de Jésus-Christ;
  • Partager, avec les responsables d’animation vocationnelle, des outils de travail et de ressourcement;
  • Offrir une aide à l’actualisation de la culture de l’appel».


Pour réaliser cela, PRI se doit d’être plus présent au sein des différentes communautés religieuses mais également auprès des diocèses et des différentes associations, développant ainsi des partenariats. En effet, la culture de l’appel est l’affaire de tous: travailler ENSEMBLE afin de faire connaître Jésus-Christ et éveiller au fait qu’Il nous appelle tous à Sa suite.

Ainsi, PRI ne s’adresse plus directement aux jeunes mais bien aux intervenants qui les côtoient et les aident à cheminer.



Le 25 mai 2010, le Centre PRI emménage au 1350, boulevard Saint-Joseph, dans les locaux du Presbytère Saint-Stanislas-de-Kostka.

PRI redéfinit son identité visuelle et développe un nouveau site, plus convivial, qui devient opérationnel en mai 2011.

Le répertoire «Communautés à la page», qui n’était plus édité sous format papier depuis 2008, deviendra accessible en ligne.

En 2010, 69 communautés adhéraient à PRI sur un potentiel de 144.

 

 

En janvier 2011, la direction du Centre est assurée, pour la première fois dans son histoire, par une laïque: Mme Chantal Jodoin.

Pour ce qui est des membres, le Centre s’ouvre et inclut désormais les instituts séculiers. À ce jour, on compte 79 membres.

Les activités se diversifient afin de répondre aux besoins des membres. Au site Internet s’ajoute deux journées de ressourcement par année.