Goto main content

TÉMOIGNAGE

Bernard Paquette

Célébrer 60 ans de vie Religieuse comme Clerc de Saint-Viateur

Quelle joie le 15 août 2020 de célébrer 60 ans de vie religieuse, étant né à Farnham dans la région des parents de Saint frère André Bessette ! Décédé 5 ans avant ma naissance le 24 janvier 1942, et baptisé le jour suivant, grâce à son odeur de sainteté, mes parents m’ont donné les noms de Joseph Bernard André. Selon mon arbre généalogique, par ma mère et la mère d’Alfred Bessette, je suis son cousin au 4e degré. 

Dans tout le milieu familial et catholique, tous les jours mon père présidait le chapelet en famille. De messe dominicale, au primaire, je «célébrais la messe avec couverture de laine dans la balançoire avec mes frères, sœurs, cousins et cousines ». Au rang Magenta, à l’école rurale d’une institutrice pour 7 classes, un père et un frère Clerc de Saint Viateur nous ont visités. Parlant d’éducation dans les collèges et les paroisses, comme religieux père et frère, ainsi que de la possibilité d’aller travailler en pays étrangers, je me suis senti  interpelé et j’ai parlé avec mes parents qui m’ont conduit au prêtre diocésain, curé de Farnham. À 13 ans, j’entrais au collège Saint-Viateur de Montréal-Nord. 

Dévelopement d'une vocation semblable à celles de tous les professionnels du Québec 

Avec un accompagnement spirituel et intellectuel, je suis entré au noviciat à Rigaud en 1959, à l’âge de 17 ans, pour un an. Le 15 août 1960, je faisais la première profession, continuant ainsi mon cours classique et les études en théologie, jusqu’à l’ordination sacerdotale à Farnham le 25 mai 1968.

Finissants au noviciat

 

Indiquant toujours aux supérieurs le désir d’être missionnaire en dehors du Canada, travaillant au Collège Saint-Viateur d’Outremont, un an comme professeur. Le 25 mars 1969, j’ai été nommé pour le Pérou. Avec une Licence en Théologie (Université de Montréal) et une Maîtrise en Éducation (Université catholique de Washington DC), le 1er novembre de la même année, je suis parti pour Cuernavaca (Mexique) dans le but d’apprendre l’espagnol et m’inculturer dans le monde latino-américain. Le 5 mars 1970, je suis arrivé à Lima pour quitter le Pérou le 17 janvier 2015. Il ne faut pas oublier l’expérience d’environ 80 000 morts lors du tremblement de terre à Yungay (Ancash) le 31 mai 1970. J’ai vécu là par la suite plusieurs années où il y a encore un collège, radio et TV Saint-Viateur animés par des laïcs. 

Bernard Paquette au séminaire

 

Les plus grandes joies de ces années de religieux prêtre missionnaires

J’ai toujours cherché à être heureux là où je vivais. Cette facilité pour m’adapter m’a permis de vivre avec 1500 orphelins, les premiers 10 mois au Pérou. Ensuite j’ai vécu dans un bidonville en construction pendant quelques années. Les Clercs de Saint-Viateur ont fondé la paroisse en juin 1967 et j'ai pu, en janvier 1971, travaillé avec l’équipe fondatrice. Sans électricité pendant 5 ans, sans eau courante ni téléphone pendant 20 ans. J’ai aidé des gens à toutes sortes de luttes pour s’organiser autant aux niveaux matériels, pastoraux et humains. J’ai découvert que les pauvres évangélisent par leur joie et leur solidarité : sortir de soi, aller vers les autres, les écouter, les accompagner, partager leurs valeurs et celles de Jésus-Christ et son Évangile comme Viateurs. Quelle belle vie !  

Il est toujours important d’apprendre des luttes des femmes pour leur dignité avec les organisations féminines - Des jeunes pour trouver leur place dans la société et l’Église - Des tuberculeux pour défendre leurs droits en appuyant des promoteurs de santé - Pour les catéchètes de se former dans un Centre d’Évangélisation - Des malades comme aumônier d’hôpital, accompagnateur et professeur dans des collèges. Quelle belle université de la vie pour devenir religieux professeur, prêtre pauvre, simple, marcheur avec les gens. 

Bernard Paquette

 

Des événements plus significatifs en ces années 

En vivant sous la dictature durant 10 ans, j’ai expérimenté la persécution et la clandestinité, pour accompagner les gens dans leurs organisations populaires. J’ai connu des agents de pastorale nés en dehors du Pérou et déportés, une situation de plusieurs catholiques en Amérique latine mis en prisons, tués en versant leur sang, partis pour protéger leur vie. Que dire de décades de terrorisme comme de gouvernements qui ont engendré des  milliers de morts au Pérou! Vivre la réalité du sang versé permet de s’attacher de plus en plus à Jésus martyr comme aux pauvres et exploités toujours cherchant à défendre la vie et l’avoir en plénitude. 

Une partie de ma vie a été en lien avec la pastorale des jeunes, la promotion des vocations, la formation des jeunes à la vie religieuse et d’autres missions liées à la vie presbytérale diocésaine, autant au Pérou comme au Chili. Professeur de théologie au Pédagogique de Yungay, j’ai accompagné des professeurs de religion dans le diocèse de Huaraz. J’ai enseigné au Grand Séminaire et j’étais accompagnateur spirituel comme l’accompagnateur de la Pastorale sociale du même diocèse. Quelle enrichissante expérience de formation permanente pour réaffirmer une vocation dans la joie, le service et l’option plus radicale avec les gens dans le besoin ! Accompagner toutes sortes de leaders invite à une conversion permanente. 

À toi, jeune homme et jeune femme, Appelé(e), LANCE-TOI! 

Tu veux vivre dans la joie, donner un sens à ta vie, apprendre constamment en vivant avec d’autres dans la vie communautaire interculturelle, partager tes expériences familiales, sociales, ecclésiales avec d’autres ici ou ailleurs ? Tu veux approfondir ton expérience personnelle avec le Père, le Fils et l’Esprit-Saint en marche avec d’autres disciples du Christ missionnaire, écouter l’appel de Dieu, discerner avec une personne expérimentée ? Décide-toi, laisse ton monde, risque toute une vie et pour toujours. Tu rencontreras le bonheur en rendant les autres libres, heureux, préoccupés des autres dans ces pandémies où nous voulons protéger toute vie comme notre mère la Terre.

Maintenant, depuis plus de 3 ans à l’Oratoire Saint-Joseph du Mont-Royal, je continue toutes ces expériences en travaillant en français, espagnol, anglais et portugais. Quelle belle vie consacrée au Dieu toujours surprenant dans les personnes et les événements !

Y a-t-il un plus grand bonheur être appelé(e) par Dieu tellement miséricordieux pour collaborer avec Lui à apporter à un monde plus humain, solidaire, interculturel et religieux, respectueux des droits humains, préoccupé de la libération de toutes les dépendances, priorisant les personnes avant tout ? Tu es toujours bienvenu(e) pour être écouté, dialogué, et accompagné. 

La vie fantastique de père Bernard Paquette

 


Bernard Paquette
bernardopaquette@gmail.com
438 497-2362

Clercs de Saint-Viateur

La congrégation des Clercs de Saint-Viateur a été fondée en 1831 à Vourles en France par le père Louis Querbes.Les pères travailent auprès des jeunes et des sourds. La communauté des Viateurs est constituée de religieux, prêtres et frères ainsi que de membres associés.


Pour en apprendre plus : www.viateurs.ca

Centre PRI - Présence Religieuse Intercommunautaire
180, place Juge-Desnoyers, bureau 1003
Laval (Québec) H7G 1A4

info@centrepri.qc.ca
514-271-5659

Numéro d'enregistrement d'organisme de bienfaisance : 886817196 RR0001

©2021 Centre PRI